Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Terminologie Médicale. MOUTON des Mots

sommaire

Décryptage du mot médical

, 21:28pm

 

GÉNÉRALITÉS

 

Le mot médical se découpe en plusieurs parties appelées

 unités de sens

Il y a trois unités de sens distinctes : le préfixe dont l’étymologie latine prae-fixus montre bien qu’il est « fixé avant », puis le radical emprunté au latin radicalis, radix signifiant « racine », base même du mot et enfin le suffixe du latin suf-fixus « fixé après ».

Jamais employées seules, elles s’associent entre elles pour former des séries de mots apparentés.

 

Pour décrypter un mot médical il faut d’abord reconnaître la thématique. C'est-à-dire trouver le sujet, le thème désigné par le radical. Par exemple  dans microangiopathie le radical est placé au milieu du mot, c’est angio du grec aggeion « vaisseau ». Le mot va donc parler d’un vaisseau.

             Il faut ensuite qualifier ce vaisseau. C’est le préfixe placé au début du mot qui le caractérise, avec micro-  du grec  mikros  voulant dire « petit ».

             Et il faut enfin expliquer la fonction, l’état ou l’action. C’est le suffixe, à la fin du mot qui le précise. Ici c’est un état, traduit par pathie  du grec pathos signant une  souffrance, une maladie.

             Donc microangiopathie est construit autour de trois idées, petit, vaisseau et maladie. Le mot signifie « maladie des vaisseaux de petit diamètre ».

 

 

LES UNITÉS DE SENS 

page 21 du livre   

LE PRÉFIXE  qualifie ou quantifie l’idée que l’on veut exprimer.

      On parle par exemple d’une

                               dyspnée respiration difficile,

                               tachypnée ou polypnée respiration rapide,

                               bradypnée respiration ralentie, 

                               brachypnée respiration courte.                                    

a-, dys-, tachy-, poly-, brady-  et brachy-  sont des préfixes qui, par leurs sens propres, permettent de modifier l’idée de -pnée signifiant toujours respiration.

75 % des préfixes sont d’origine grecque et 25 % d’origine latine.

 

LE RADICAL  oriente d’emblée vers l’anatomie, le concept, le thème.

      Par exemple, les termes décrivant un symptôme douloureux sont construits d’abord avec le radical désignant l’organe malade auquel est associé le suffixe -algie  traduisant une douleur :

                               arthr algie douleur d’une articulation, arthralgie.

                               lomb algie douleur lombaire, lombalgie.

                               odont algie douleur dentaire, odontalgie.

                               gastr algie douleur au niveau de  l’estomac, gastralgie.

                               crur algie douleur de la cuisse, cruralgie.

                           CLIN D'OEIL  charentais          Le radical gastro  transformé en gastéro par les zoologues, « ventre, estomac », associé à  podos  « pied », a formé le mot gastéropode, c’est-à-dire littéralement un animal qui  marche sur son ventre ou dont le ventre se confond avec le pied.

L’escargot est de ceux là, notamment l’ Helix Pomatia dont la salive entre dans la composition d’un sirop mucolytique et broncho relaxant.

L’escargot est aussi l’emblème de la Charente-Maritime où il est appelé « cagouille », terme méconnu des grecs !

                               63 % des radicaux  sont d’origine grecque et 37 % d’origine latine.

 

LE  SUFFIXE révèle un état, une fonction ou un acte thérapeutique :

             soit un signe clinique avec par exemple -algie ou -odynie douleur,

             soit un examen complémentaire avec par exemple -scopie vision,

             soit un traitement avec par exemple  -ectomie ablation.

Le suffixe peut aussi nommer un sujet avec par exemple -phobequi a peur de, -iatre médecin ou encore -oïde semblable à.

        98 % des suffixes  sont d’origine grecque et 2 % d’origine latine.

 

LES PRÉFIXES UTILISÉS EN MÉDECINE

Les  thèmes de classification proposent les notions quantitatives, qualitatives, topographiques, organiques et sémiologiques.

 

LES PRÉFIXES QUANTITATIFS

 

préfixes négatifs

 

a,  an-   absence de             nulli-  aucun                             hypo-   insuffisance

gr. a privatif                               lat. nullus  absence totale                      gr. hupo  au-dessous

apyrétique                            nullipare                                    hypotonie

apnée                                     nulligeste                                  hypoacousie

anurie                                                                                        hypocalcémie

Etc ...                 

 

 LES RADICAUX

 

A             adéno  du grec adên : glande

                adréno  du latin ad et ren : surrénale ( auprès de, rein)                       

                amnio  du grec amnios : agneau, amnios

                amygdalo  du latin amygdala et du grec amugdalê : amande, amygdale       

                andro  du grec anêr, andros : homme, mâle

                angio  du grec angeion : vaisseau

                ano  du latin anus : anneau, anus

                aorto  du grec aortê : aorte

                apico  du latin apex, apicis : pointe, sommet                                          

                artério   du latin arteria et du grec artêria : artère

                arthro  du grec arthron : articulation                         

                atrio  du latin atrium : vestibule, oreillette

                audio  du latin audire : entendre                 

                auriculo  du latin auricula : petite oreille, oreillette

 

B             balano  du grec balanos : gland

                blépharo  du grec blepharon : paupière                    

                brachio  du grec brakhiôn, du latin brachium : bras

                broncho  du grec bronkhia : bronche 

     Etc...           

 

                                                                                                                                                                                                     

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Présentation, sommaire, objectifs

, 21:28pm

 

 

 "MOUTON des Mots" est un outil de travail, presqu'un

"roman de travail "

 

Si à première vue les termes médicaux paraissent obscurs et confus,

ils deviennent clairs et limpides quand on découvre

l’ingéniosité de leur construction.

 

En médecine, chaque mot compliqué est tout simplement utilisé par facilité

et non par contrainte.

      Pariant sur la notion du  plaisir d’apprendre, MOUTON  explore l’origine des mots. Puis, nourri de ces histoires anciennes, il souffle tout au long du livre des bouffées d’oxygène, les « CLIN D’ŒIL » et les "petits nuages"   véritables escales buissonnières riches de légendes, de témoignages  et d’informations autour du mot.

Par exemple, surprise de lire que le mot alopécie, désignant une chute des cheveux ou des poils, vient du grec alopêx « renard » et que cette appellation est due, soit à l’analogie faite avec la chute annuelle des poils du renard, soit à la croyance selon laquelle une terre peut devenir stérile pendant un an si un renard a uriné dessus.

    Sourire de savoir que nausée, dérivé du latin nausea, est issu du grec ancien naus voulant dire « navire, nef », lui-même issu de nao ou neo « flotter ». Les marins apprécieront.

    Régal de découvrir qu’insuline est issu du latin insula « île », et deréaliser que cette hormone est sécrétée dans les îlots de Langerhans du pancréas.

    Jubilation d’apprendre que le radical  grec orchis  signifiant « testicule » est  non seulement responsable du terme médical orchite, mais aussi du nom d’une fleur, l’orchidée, par une similitude de forme des organes génitaux masculins avec les racines en bulbe de la plante.

    Et enfin étonnement de découvrir que pupille est issu du latin pupilla,« petite fille orpheline », du fait de la minuscule figurine que l’on peut observer dans l’œil de quelqu’un que l’on regarde de près, reflet de notre propre figure.

Les  CLINS D’OEIL  aident à se souvenir des mots.

                                                                                  Copie-de-P1020033.JPG

    MOUTON transforme l’exigence du  « jargon  médical »

                                   en une véritable évidence.    

 

                                                                                                     

 

  MÉTHODOLOGIE. 1ère partie

 Il faut la lire et la relire, avancer, revenir en arrière, jusqu'à ce que le décryptage d'un mot devienne une évidence.

Il faut connaître TOUTES les unités de sens, c'est à dire les préfixes, radicaux et suffixes utilisés dans le vocabulaire médical 

 " Connaître, savoir ", cela signifie " apprendre par coeur "

 et,

apprendre par coeur les unités de sens est un véritable

 investissement sur mémoire

C'est la seule condition pour appréhender la suite avec facilité

 

ORIGINES DE LA TERMINOLOGIE MÉDICALE ..........................     11

            GREC ANCIEN

                MYTHOLOGIE GRECQUE

                LATIN

TERMES HYBRIDES

 NOMS PROPRES

 NOMS DE LIEUX

 DIALECTES ET DE LANGUES ÉTRANGÈRES  

ABRÉVIATIONS

 

 DÉCRYPTAGE DU MOT MÉDICAL ................................................   22

UNITÉS DE SENS   

PRÉFIXES UTILISÉS EN MÉDECINE

SUFFIXES UTILISÉS EN MÉDECINE

            RADICAUX   UTILISÉS EN MÉDECINE        

  

MOTS CROISÉS AVEC LES UNITÉS DE SENS ............................   49

 

LEXIQUE DES UNITÉS DE SENS  ........................................................................... 56

                                                                                                                     

 

  MÉMO DE MÉDECINE. 2ème partie

 

Un listing alphabétique est apparu fastidieux,d'autant plus que les dictionnaires font cela trés bien.

VOCABULAIRE GÉNÉRAL ........................................................68 

  

LE MALADE, LA MALADIE, LE MÉDECIN   

             REVUE DES ADJECTIFS INSOLITES

  

TERMINOLOGIE PAR SPÉCIALITÉS   ....................................... 76     

 

          ANDROLOGIE

          CARDIOLOGIE

          DERMATOLOGIE

          DIGESTIF 

          ENDOCRINOLOGIE   

          GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE   

          HÉMATOLOGIE    

          LOCOMOTEUR  

          NÉPHROLOGIE UROLOGIE

          NEUROLOGIE   

          OPHTALMOLOGIE  

          ORL 

          PNEUMOLOGIE 

          PSYCHIATRIE 

          CANCEROLOGIE

          IMAGERIE MÉDICALE  

                    

 BIBLIOGRAPHIE ......................................................................... 257   

 

INDEX GÉNÉRAL  ......................................................................  258

 

                                                                                     

 

Voir les commentaires